Introduction

Revision 1.0.0 – (12-20-2019)

 

En règle générale, vous souhaitez que les paramètres VLAN sur les connexions entre les commutateurs correspondent.

La première chose qui doit généralement correspondre est la jonction: vous voulez que les commutateurs soient partagés ou en mode d’accès des deux côtés. En cas de jonction, le même protocole doit être utilisé. Certains commutateurs ont un mode «général» ou similaire qui détecte la configuration à utiliser, mais pour être efficace, le mode de jonction doit correspondre.

En cas de jonction, vous vous attendez généralement à ce que la liste autorisée (et native si déclarée) corresponde également. Si vous avez une liste autorisée d’un côté qui est 2,3,4,5 et de l’autre côté 3,4,5,6, les vlan 2 et 6 ne communiqueront pas sur ce tronc. Vous pouvez ou non voir des erreurs, mais plus probablement pas.

Si en mode d’accès et que vous avez quelque chose comme un accès VLAN 3 d’un côté et VLAN 5 de l’autre côté, alors VLAN 3 coulera dans 5 et vice versa – il convertira implicitement les ID VLAN sur le lien parce que le lien est en accès mode et rien n’est étiqueté. Le même genre de chose peut se produire si le VLAN natif est différent à chaque extrémité.

Le scénario ci-dessus, bien que non idéal, peut parfois être trouvé en cours d’utilisation, cependant. Par exemple, si vous devez traduire des ID de VLAN et ne disposez pas d’un commutateur capable de le faire, le mode d’accès mal adapté fonctionnera.

Il est important de noter qu’il y a beaucoup plus à s’assurer que les choses sont compatibles; de la compatibilité du Spanning Tree aux protocoles de définition de VLAN (par exemple Cisco VTP). Mais comme point de départ, les jonctions entre des commutateurs qui n’ont pas au moins une liste autorisée (et native) correspondante de chaque côté méritent un examen attentif, ce qui est l’objectif du rapport de non-concordance des VLAN.